Le gros Bessillon (Un sommet Vigilant)

Publié le 23 décembre 2023 à 23:41

Le gros Bessillon, culminant à 813 m, est le sommet le plus haut du centre du Var, isolé des autres sommets à une vingtaine de kilomètres à la ronde. La forêt du Bessillon est très vaste et couvre tout le massif. Les villages alentour sont Barjols et Pontevès au nord-ouest, Cotignac à l'est et Correns au sud. À l'est du massif se trouve le monastère Saint-Joseph du Bessillon, lieu d'une apparition de saint Joseph.

  • On y a découvre un panorama qui s'étend du massif des Maures à la montagne Sainte-Victoire et du massif de la Sainte-Baume aux Préalpes de Digne. Ce lieu à la situation privilégiée a permis d'installer au sommet un poste de vigie et une table d'orientation. Le manque de soin apporté à ces travaux a causé la destruction d'une station de plante rare, le genêt de Lobel (Genista lobelii), pourtant protégée par la loi. Cette station était la plus septentrionale connue dans le département. La nature calcaire (Oxfordien moyen) a formé, par érosion, de nombreux rochers aux différentes formes comme des roches percées ou des dolomies ;
  • le Petit Bessillon : il est connu pour ses deux sommets jumelés, l'un à 639 mètres à l'ouest et le plus haut à 668 m à l'est où des tours de garde ont été construites par les Pontevès, souverains du château et du village éponyme. Sur le sommet principal il y a deux tables d'orientation, l'une au sud et l'autre au nord.

Le Bessillon a été un haut-lieu de la Résistance, sous l'occupation allemande, pour sa situation isolée et très boisée. De nombreux résistants y ont été tués par les Allemands. Un monument aux héros et martyrs du Bessillon, œuvre du sculpteur Victor Nicolas, a été érigé au bord de la route D 560 entre Pontevès et Cotignac.


Mes photos:

 

Caractéristique de ma randonnée:

Date: 23 décembre 2023

Commune: Cotignac (83)

Parcours: 12,71 km

Durée totale: 3 h 30

Dénivelé positif: 423 m

Difficulté: Moyen

Point haut: 813 m

Point bas: 422 m

Retour au point de départ: Oui

Recommandations:

Rien de particulier.

Restez prudent juste en période de chasse.

Les chasseurs étaient présents au sommet.

Voici le lien Visorando de la randonnée:

https://www.alltrails.com/fr/randonnee/france/var/gros-bessillon


Voici l'histoire de ma randonnée:

 

Depuis ma dernière randonnée qui date du 11 novembre, j’ai fait la récolte des olives sur notre terrain à Varages et voilà pourquoi je n’ai pas fait de randonnées depuis.

Cinq week-ends de pris pour récolter prêt de 2,300 tonnes.

Le temps fut long et je n’avais qu’une hâte, retourner sur les sentiers de notre belle région.

J’ai longuement observé le gros Bessillon depuis Saint Maximin la Sainte Baume, un massif imposant que j’avais conquis en 2014, mais en VTT.

Il m’était donc important pour moi, de le faire à pied, bien que le dénivelé soit faible et qu’aucune difficulté ne se présente lors du parcours. Je ne peux pas non plus faire que des randonnées avec 1500 mètres de dénivelé positif, car je veux qu’il y en ait plusieurs niveaux de difficultés et donc donner des idées de randos pour tout le monde.

En ce 23 décembre, c’est Sarah et Marie qui seront de la partie, sans oublier Lulu le cocker américain.


Voici la cible du jour où la photo a été prise depuis le chemin des Muets.

Le vent glacial souffle depuis le nord-ouest à prêt de 70 km/h, il va falloir s’accrocher.


De suite, je repère des ex-conquêtes :

Le grand Margès

Le Chiran

Le Montdenier


Sur le côté du chemin, je repère des Ciste cotonneux, une plante que je vois régulièrement en rando.

Le Ciste cotonneux (Cistus albidus), appelé aussi Ciste blanc ou Ciste blanchâtre, est un arbrisseau caractéristique de la garrigue, supportant bien une période d’aridité et appréciant les sols calcaires.

La plante est connue en langue anglaise sous le nom de « rockrose » (rose des roches) ou « white dart ».

Plus d'informations en cliquant sur l'image.


Lulu prend rapidement la tête du groupe sur ce chemin qui mène au sommet.


Guère plus haut, un petit cairn se trouve sur le chemin goudronné, proche d’un Ciste cotonneux.

C’est bizarre de voir ça ici, car normalement ils sont sur les sentiers.


Quatre virages après, je décide de quitter provisoirement le chemin pour emprunter un sentier qui nous mène dans une jolie petite forêt avec par-ci et par-là des gros cairns.


A la fin du sentier, le chemin goudronné apparaît mais aussi une stèle en hommage aux combattants morts pour la France.


L’ascension continue jusqu’à ce que je capte qu’il y a une géocache pas loin, près d’un trou dans la roche. Ni une, ni deux, je monte sur les rochers jusqu’à découvrir un sublime point de vue, mais le vent souffle d’une telle force que mon cerveau me dit : «Redescend sinon tu vas rejoindre les oiseaux dans le ciel».


Le Gros Bessillon n’est plus très loin…


Bon, cette plante nous la connaissons tous très bien mais la voir verte et jaune, j’ai trouver ça super joli.

Vous avez reconnu le romarin ?

 

Plus d’informations en cliquant sur l’image.


A deux pas de là, mon regard se porte sur ce que l’on appelle une « chatière » et qui se trouve en contrebas, à gauche du chemin.

Poussés par la curiosité, nous descendons voir de plus près ce que l’on peu voir au travers, en espérant avoir une vue imprenable sur les petits sommet côté sud et à notre grande surprise, nous voyons…

… des arbustes.

Déçu par cette découverte, nous repartons bredouille de cette endroit puis nous continuons de monter vers le sommet.


Une vue à quasi 360° s’offre à nous et il est temps de dégainé mon arme ultime pour identifier les sommets. Oui oui, j’ouvre l’application Peakfinder pour repérer mes ex-conquêtes.


Après cette pause « analyse », nous continuons de grimper jusqu’à découvrir des Euphorbe characias.

L'Euphorbe characias ou Euphorbe des garrigues (Euphorbia characias L.) est une espèce de plantes de la famille des Euphorbiacées, originaire du pourtour méditerranéen.

Deux principales sous-espèces se trouvent dans différentes régions du bassin méditerranéen. Elles peuvent souvent s'hybrider entre elles :

Des variétés horticoles sont souvent utilisées pour l'ornement dans les jardins. De nombreux hybrides ont été obtenus par croisement avec Euphorbia amygdaloides. La célèbre paysagiste Gertrude Jekyll considérait cette euphorbe comme une de ses plantes favorites.

 

Plus d’informations en cliquant sur l’image.


Nous voilà arrivés à la vigie et donc au sommet du Gros Bessillon.

Le vent souffle très fort et nous ne profiterons guère de la vue, car nous ne souhaitons pas «faire du saut en parachute sans parachute».


Nous reprenons rapidement le chemin du retour et en cours de descente, j’active à nouveau l’application Peakfinder sur mon téléphone.

Je vois, face à moi, le mont Lachens, le sommet le plus haut du Var avec ces 1 714 m d’altitude.

Eh oui, je l’ai déjà conquis. Que de beaux souvenirs.


La descente se fait à grand pas, mais je vais vite m’arrêter, car ces petites boules rouges m’interpèle.

Où ai-je déjà vu ces boules? Rappelez-vous de mon article sur « L’autre rive de la Bresque à Sillans la Cascade »…

Ce sont des Salsepareille d’Europe, le mets favori des Stroumphs.

 

Plus d’informations en cliquant sur l’image.


Voici un plan de l’endroit où nous sommes dans le Var.

Celui-ci n'est pas très loin de la voiture.


Nous revoilà au bord des champs de vignes, près de l’arrivée et toujours sous un beau ciel bleu.

Un grand merci à Sarah, Marie et le cher Lulu pour m’avoir accompagné sur ce parcours.

Quelle belle journée malgré un vent de folie.

Ce fût une belle balade.

A très vite pour de nouvelles aventures.

 

FIN


Si vous ne voulez pas rater les prochains articles,

abonnez-vous à la Newsletter:

 


Suivez-moi aussi sur

FacebookInstagramYouTube & TikTok:

 


Je compte également sur vous pour

partager mon blog:

 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Arnaud
il y a 2 mois

Slt. Petit promenade sympa avec de belles vues et à proximité, comme je les aimes !
Au plaisir de lire ta prochaine aventure amigo 😉