Le Grand Margès (Un voyage aux mille senteurs)

Publié le 2 juillet 2023 à 10:24

Le Grand Margès est une montagne situé dans le département du Var, faisant partie du bassin du Verdon et des Préalpes de Castellane, à 1 576 mètres d'altitude.

Géographie

La montagne est située près de la limite départementale entre le Var et les Alpes-de-Haute-Provence. Le versant nord domine les gorges du Verdon.

Elle a plusieurs sommets tels que le Grand Margès (1 576 m), le Petit Margès (1 462 m) une butte non loin du sommet, la Colle (1 335 m), le Matelot (1 229 m) et les crêtes d'Illoire (1 049 m). Du Petit Margès aux gorges est creusé un cirque, appelé cirque de Vaumale, du nom du cours d'eau dont la source coule à côté de la route.

La départementale 71, créée dans les années 1940, longe le bas ubac de la montagne au-dessus des gorges en passant par le col d'Illoire (967 m), la source de Vaumale et le sentier Vidal.

La montagne est délimitée par le Grand Plan de Canjuers au sud, les gorges du Verdon au nord sous forme de falaises et le lac de Sainte-Croix à l'ouest. Elle s'allonge vers un axe nord-ouest / sud-est et se termine au Petit Plan de Canjuers du côté de l'ancien hameau de La Barre.

Au sommet, la vue est surprenante : on peut voir le lac de Sainte-Croix, le plateau de Valensole, la partie basse des gorges du Verdon, les Préalpes de Digne et de Castellane, dont la montagne de Lachens, toit du Var. La vue maximale va du mont Ventoux et des Baronnies à la mer et au massif des Maures dans l'axe ouest-est ainsi que du massif du Dévoluy et des cimes du Mercantour-Argentera jusqu'au mont Faron dans un axe nord-sud.


Mes photos:

Caractéristique de ma randonnée:

Parcours: 10,970 km

Durée: 5 h 11'

Dénivelé positif: 802 m

Recommandations:

C'est une randonnée qui se fait en partie en forêt donc idéal en été. Le dénivelé est pour moi, pas si raide que ça.


Voici l'histoire de ma randonnée:

 

C'est bien le Grand Margès à Aiguines, dans le Verdon, que je prends pour cible aujourd'hui.

Depuis de longues années, je l'observe depuis mon village plus au sud et cela faisait quelques semaines que je devais le gravir, mais la météo n'était pas favorable.

C'est donc en ce 1er juillet que je viens accomplir ma quête.


La randonnée démarre au cœur du village d'Aiguines et ces sublimes ruelles.


Au pied de la chapelle Saint-Pierre, on domine le village, mais également le lac de Sainte-Croix.

Cette retenue est la quatrième de France métropolitaine par sa superficie (environ 2 200 ha) après le lac du Der-Chantecoq, le lac de Serre-Ponçon et le lac d'Orient. Le lac est devenu un centre de tourisme estival ; il est très fréquenté pour les loisirs aquatiques.


Guère plus haut, je passe devant le camping de l'aigle et ces petites habitations attirent mon attention.


Juste après le camping, je rentre dans la forêt où se fera une bonne partie de la rando.

À quelques pas de là, les buissons bougent et un bruit lourd se fait entendre.

De peur de me retrouver nez à nez avec des sangliers, je me prépare à grimper à un arbre, puis je vois surgir deux magnifiques chevreuils qui courraient comme s'ils fuyaient quelque chose. Peut-être le loup.


Après avoir accéléré le pas, la vue se dégage un peu, je suis toujours sur le sentier et je vois à nouveau le lac.


De nouveau en forêt, ce cairn est là, au milieu, près des arbres couverts de mousses. Je ressens de belles énergies en ce lieu féerique. C'est vraiment apaisant ici alors je me ressource et je continue ma ballade.


Plus haut, le côté féerique n'en a pas fini avec moi et ce sont mes oreilles qui vont être ultra attentives.

Oui, des oiseaux chantent à cœur joie en ce lieu magique. Quelle beauté ce chant joyeux de ces animaux.

J'ai donc eu le sens de la vue au taquet plus bas, l'ouïe en ce lieu et l'odorat ça sera pour plus haut.


En tournant ma tête côté nord, j'aperçois quatre vieilles conquêtes à moi: le mont Chiran et le grand Mourre qui sont à l'axe de la photo. L'Agra puis le montdenier qui sont, eux, tout à gauche.


Voici une Campanule à feuilles rondes. Une fleur que je verrais tout au long de ma rando.

La Campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia) est une plante herbacée vivace de la famille des Campanulacées.

Taille variant de 10 à 50 cm, les tiges sont en touffe, raides, fines, nombreuses. Fleurs bleues, nombreuses, penchées. Les feuilles inférieures sont pétiolées, arrondies, celles des rosettes disparaissant généralement à la floraison.

C'est une espèce commune,elle pousse tout autour de la terre, dans l'hémisphère nord. L'espèce est présente surtout en milieu boréal, mais on la trouve aussi dans d'autres climats. Elle est indigène partout au Canada, sauf à l'île du prince Édouard où elle se serait échappée de culture. Elle se développe dans les pelouses acidophiles, les rocailles, falaises, bord de mer, rocher, montagne, vieux murs, dans les bois clairs, du niveau de la mer jusqu'à une altitude de 2 100 m.


La vue commence à se dégager sur les gorges du Verdon et l'on y voit la route qui mène au village de la Palud-sur-Verdon.


Légèrement plus haut, je me retourne et le lac refait surface. On y voit aussi le plateau de Valensole et ces lavandes en fleurs, le Mont Ventoux, et même la montagne de Lure que j'ai identifié via l'application Peakfinder.


On parlait de lavandes à peine alors en voici de près et il y en aura pleins d'autres. Inutile de vous parler de cette plante car vous la connaissez.


Nouvelle plante.

La Coronille naine.

Coronilla minima, la Coronille naine, est une espèce de plantes herbacée vivace de la famille des fabacées et du genre Coronilla.


Le trèfle rouge:

Le trèfle rouge a été utilisé à de multiples fins médicinales, tant en Asie qu'en Occident. On lui attribuait des vertus dépuratives, diurétiques, cholérétiques, expectorantes et antispasmodiques. Par exemple, le trèfle rouge était autrefois employé en Chine et en Russie pour traiter certains problèmes respiratoires. On l’utilisait pour soigner la toux spasmodique chez les enfants, notamment la coqueluche, et pour soulager (en usage externe) le psoriasis, l'eczéma, les démangeaisons et les ulcères cutanés. Il a souvent été recommandé en cures printanières dans le but de protéger contre le cancer et, au début du XXe siècle, on le retrouvait dans quelques préparations « anticancéreuses » populaires comme la formule Hoxsey. Plusieurs des usages traditionnels de la plante sont tombés en désuétude, mais les herboristes recommandent encore les infusions et les teintures de trèfle rouge pour soigner les problèmes de peau (eczéma et psoriasis, notamment) chez les enfants et pour calmer la toux. La plante fait partie de la pharmacopée britannique.

Par ailleurs, au cours des dernières années, c’est l'action oestrogénique des isoflavones du trèfle rouge (daidzéine, génistéine, formononétine et biochanine A) qui a attiré l’attention des chercheurs. Les isoflavones sont des phytoestrogènes : elles possèdent une structure chimique très différente de celle de l’oestrogène, mais ont un effet légèrement oestrogénique (voir la fiche Isoflavones).


Le sentier continu vers l'Est et il me semble apercevoir la cible du jour.


En ce lieu, dame Nature a mis son meilleur parfum aux mille senteurs.

Toutes les plantes se donnent à fond pour exciter le sens de l'odorat.

Si seulement je pouvais récupérer une fiole de ce doux parfum.

Pas étonnant que certains feront la pause repas ici un peu plus tard.

Une bonne bouffée d'air et je repars, car le sommet n'est plus très loin.


Voici le petit Margès à 1 462 mètres d'altitude.


Encore de belles fleurs et c'est l'Orpin Âcre.

L'Orpin âcre (Sedum acre), Orpin brûlant, Poivre des murailles ou Poivre de muraille, est une plante vivace de la famille des Crassulacées.

Cet orpin fait partie des sédums utilisés pour végétaliser les toitures végétales.

Le toit vert est l'une des mesures efficaces pour améliorer les problèmes d'environnement écologique et pour maintenir le développement durable de la ville. La sélection des espèces a limité le développement rapide du toit vert.

Cette étude montre qu'avec l'intensification du stress, la capacité de rétention d'eau diminue l'augmentation des fuites d'électrolyte. Sedum acre, a atteint un point de flétrissement permanent en 2 semaines de stress hydrique.

Dans certaines régions cet Orpin faisait partie des plantes de la Saint-Jean.

D'après une étude, Sedum acre est une source potentielle de phénols en tant que substance antioxydante, antibactérienne et anticancéreuse naturelle de grande valeur. Les résultats de cette étude ont montré le grand potentiel de S. acre pour une utilisation dans la phytothérapie, les produits pharmaceutiques et l'industrie alimentaire.


N'ayant pas pensé à identifier les sommets avec Peakfinder ici, je sais que sur cette photo, il y a le mont Lachens qui est le plus haut sommet du Var.


Quelle belle vue sur les gorges.


Nouvel objectif atteint !

Le grand Margès: c'est fait.

Le vent souffle et les randonneurs que j'ai croisés ne sont pas restés. Ils feront la pause dans le pré plus bas.

Je prends donc des photos de tous les côtés où l'on voit, le mont Ventoux, la montagne de Lure, l'Agra, le Montdenier, le mont Chiran, le grand Mourre, le Mourre de Chanier, le col de Pleinvoir, le mont Lachens, la Sainte Victoire, le mont Aurélien et tant d'autres. Quelle sublime vue.

Étant super fier d'être au sommet, je profite encore un peu avant de redescendre, car ça caille un peu avec ce vent du nord.


En cours de descente, je tombe sur cette Molène à fleurs denses.

La Molène à fleurs denses ou Molène faux Bouillon-blanc (Verbascum densiflorum) est une plante bisannuelle de la famille des Scrofulariacées. C'est une plante à racine pivotante et à feuillage tomenteux.

Imposante plante bisannuelle à grandes fleurs simples jaune citron. Utilisée traditionnellement comme plante médicinale et tinctoriale. Cette plante, pouvant mesurer jusqu’à 2m de haut se ressème fortement et s’établit donc très bien lorsque l’endroit lui convient.


Surpris par quelque chose de rond à deux pas de la Molène, je m'en approche et je vois que c'est un champignon d'environ 25 à 30 cm de diamètre. Mais lequel est-ce ?

Probablement un Agaric à grandes spores.


Enfin de retour à Aiguines.

Ayant emprunté le même chemin qu'à l'aller, j'arrive donc au camping de l'aigle et je vais faire une halte à la chapelle Saint-Pierre.


Puis, je me cale à la table d'orientation avec vue sur le lac et Aiguines.


Surplombant le Lac de Sainte-Croix, le Château d’Aiguines jouit d’un panorama privilégié.

Héritage du règne d’Henri IV, il représente aujourd’hui un fond patrimonial exceptionnel.

A la fin du 16ème siècle, une maison noble fut érigée à la place d'une bastide fortifiée du 13ème siècle près du centre du village d'Aiguines. Une branche de la famille de Sabran, très célèbre en Provence, y fit alors construire un manoir. Balthazar de Gauthier, fils d’un gendre de Sabran, procéda au début du 17ème siècle à divers aménagements de la bâtisse, qu’il fit agrandir et transformer en château de plaisance flanqué de quatre tourelles, à la mode de ces temps. Le millésime 1606 se lit d’ailleurs sur son portail d’entrée, décoré de feuillages et de fruits.

Les seigneurs qui lui succédèrent en reprirent les fenêtres, firent construire les communs (1733), aménagèrent trois hectares de jardins en terrasse avec des réservoirs d’eau (1732). Plus tard, un aqueduc y conduisit une eau nouvelle (1752) et une fontaine s’adossa à sa cour d’honneur (1770).

Les Monuments Historiques ont classé sa rampe d'escalier et les gypseries d'une des salles, tous les deux datant du 18e siècle ainsi que le jardin en terrasses et les éléments qui le composent. Les façades et toitures du château et des communs ont été inscrits au titre des Monuments Historiques en 1993. L’ensemble est fermé au public.

La tradition locale rapporte que les quatre-saisons sont représentées dans la couleur et le dessin de la toiture de ses tourelles.

FIN


Si vous ne voulez pas rater les prochains articles,

abonnez-vous à la Newsletter:


Suivez-moi aussi sur

Facebook & Instagram:


Je compte également sur vous pour

partager mon blog:

Ajouter un commentaire

Commentaires

Arnaud
il y a 9 mois

Super reportage comme d'habitude. Très complet dans la présentation de l'environnement, de la flore locale et du patrimoine. Belle balade et beau travail de mise en ligne

Manon
il y a 8 mois

Bonjour je suis native de Barjols, j’aimerais effectuer cette randonné. J’adore ton blog et le contenue que tu y apporte ça me donne pas mal d’idées de randonnée. Aurais-tu un plan géographique de ta randonnée du grand Margès cela pourrait vraiment m’aider. Merci d’avance 😁